Les différents moyens mis en oeuvres pour faciliter la pratique du sport

A Londres en 2012, plus de 4000 athlètes de 164 pays se sont mesurés au cours de 11 jours de compétitions et de fêtes sportives dans 20 disciplines: le tir, le tir à l'arc, l'athlétisme, la boccia, le cyclisme, les sports équestres, le football à cinq, le football à sept, le goalball, le judo, la force athlétique, l'aviron, la voile, la natation, le tennis de table, le volleyball, le basketball, l'escrime, le rugby et le tennis.

Tout cela a été possible en parti grâce aux nouvelles technologies qui ont permis aux handicapés d'améliorer leurs performances et ainsi de pouvoir montrer une nouvelle image au public. On peut citer comme exemple la stimulation électronique de la moelle épinière...

 

L’évolution de la science

Des chercheurs ont découvert que lorsque l’on stimule électroniquement la moelle épinière ont trouve des réactions chez le patient. Un jeune sportif c’est prêter à cette expérience et c’est fait implanter huit paires d’électrodes sous les vertèbres du bas du dos contre l’enveloppe de la moelle épinière, ces électrodes sont équipées d’une batterie sous la peau vers le ventre. Une télécommande permet ensuite de les déclenchez, éteindre et ajuster l’intensité des stimulations. Ce fut un sucés les muscles du jeune homme se sont mis immédiatement à se contracter, ce qui lui à permis dans un premier temps de soutenir une partie de son poids. Et petit à petit il arrive à se lever seul de sa chaise et de se maintenir debout à force de s’exercer.

Quelques explications :

La stimulation électronique de la moelle épinière permet de Réactiver quelques fonctions motrices des jambes.

* La stimulation électrique réactive les fibres nerveuses motrices qui mettent en mouvement les muscles des jambes. Les nerfs sensitifs renvoient à la moelle des informations sur la nouvelle position des articulations et sur la tension des muscles. La moelle intègre ces informations et envoie en retour de nouveaux messages aux muscles rectifier leur tension et permettre au sportif de se tenir debout.

Sans

1) Le sportif se met debout tout seul.

2) Le sportif se tient debout quelques minutes.

3) Le sportif réalise quelques pas sur le tapis roulant.

  

La stimulation électronique de la moelle épinière permet également de Rétablir quelques connexions entre le cerveau et les jambes.

* La stimulation électrique de la moelle à peu être réactivé certaines fibres nerveuses intactes entre le cerveau et le bas du corps, ou en a crée carrément de nouvelles !

Sans

1) Le sportif arrive à replier sa jambe.

2) à mouvoir ses chevilles.

3) et ses doigt de pieds.

 Sans

 La stimulation de la moelle épinière a permis à beaucoup d'handicapés de pratiquer un sport. L'apparition de nouveaux matériels comme le fauteuil roulant contribue également à cette évolution. Il est intéressant d'en retracer l'historique...                                     

 

  Historique des fauteuils roulants.

  Illustration chinoise : l'an 525 après J.C. (fig.1)

 0

  Fig. 1

 

Les fauteuils n’ont pas beaucoup évolué au cours des siècles. Ce qui permet de faire rouler les fauteuils ce sont les rouleaux ou encore les roues. Le nombre de roues pour le fauteuil est variable et en 1546, on crée le premier fauteuil à  visée thérapeutique, il contient 3 ou 4 roues. Le fauteuil s’améliore petit à petit, on découvre des accessoires qui permettent de transformer le fauteuil en chaise d’aisance ou en lit.

 

 1

Fig.2

 

Le fauteuil reste comme tel pendant longtemps, de grandes modifications ont lieu en 1862 où apparait une chaise assez élaborée. Ces fauteuils sont dès le début construit avec des matériaux tels que le bois ainsi que le cuir. Ce matériau nécessite alors qu’une tierce personne pousse le fauteuil, afin qu’il se déplace.

L’objectif fut de rendre le fauteuil indépendant par la propulsion  manuelle. Un ingénieur fabriqua un fauteuil entrainé par un moteur dont les roues étaient à la fois motrices et directrices.

Un allemand inventa en 1650 le vélocimane avec des grandes roues à l’arrière et une manivelle reliée à la roue avant dentée. (fig.3)

 2

Fig. 3

 

 La propulsion manuelle est modifiée en 1733, il ne s’agit plus que de pousser les roues ayant un grand diamètre directement avec les mains.

fauteuil  italien de 1766.

 3

Fig. 4

 

Ces fauteuils sont lourds, encombrants, et peu maniables ; leurs fabrications sont artisanales. En 1798, la réalisation de fauteuils dirigés, guidés mais non propulsés par l’utilisateur, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de mouvement qui pousse en avant, se fait par un anglais.

En 1811 les progrès de la mécanique sont à l'origine d'un siège d'intérieur à propulsion par manivelles et roues crantées avec dossier inclinable et repose-pied orientables, résultat de l'alliance de trois matériaux nobles : le bois, le cuir et l'acier (fig. 5). Ce type d'appareil, dans son principe se retrouvera jusque vers 1950.

 

4

Fig. 5

 Les fauteuils sont de plus en plus allégés, car les rayons des roues deviennent métalliques, et ces roues sont ensuite équipées de pneumatiques.

L’automaubile apparait et connait un triomphe rapide, c’est un facteur qui permet l’invention et la mise en point du fauteuil pliable afin qu’on puisse le transporter plus facilement. Cette invention date mais elle est généralisée seulement après la seconde guerre mondiale.

En 1910 on utilise pour le fauteuil un des premiers châssis, c’est-a-dire un encadrement qui soutient une planche ou autre. Il est acier, est monté sur quatre roues et il contient un confortable corps en osier.

Il faut attendre 1933 pour que le fauteuil à structure métallique s'impose définitivement avec les américains : ils considèrent le véhicule pour handicapé physique non seulement comme moyen de déplacement, mais comme une partie intégrante de l'handicapé. Le fauteuil est alors équipé pour le pliage de deux, puis d'un seul croisillon, en métal.

Ce fauteuil moderne n'apparaît sur le marché français qu'en 1950. Ces industriels réagissent et progressivement, modernisent leurs productions en fabricant des V.H.P. beaucoup plus performants.

C’est le sport qui influencera en 1964, l'amélioration du matériel. Le premier modèle de fauteuil pour activités sportives apparait en 1970.

Il y a de nombreux matériaux qui apparaissent sur le marché tels que les polyamides, les résines, les « composites », le titane, l'amélioration des procédés de fabrication et l'étonnant développement du sport pour handicapés, fouettent l'innovation. Toute l’évolution et l’apparition de ces matériaux permettent de concevoir et de réaliser des fauteuils allégés, plus maniables et résistants

C’est seulement en 1980 qu’apparaissent les fauteuils d'usage quotidien : astuces de pliages, adaptation à divers usages, généralisation de la qualité.